Votre reconversion professionnelle sous toutes les coutures

La reconversion professionnelle n’a jamais eu autant le vent en poupe. Difficultés rencontrées sur le marché du travail, changements au sein de l’entreprise, perte de sens… tout un tas de raisons, généralement différentes selon la catégorie socio-professionnelle, qui nous mènent tout droit vers un désir mettre les voiles.

Quand on lit certains articles parlant de reconversion, on a parfois l’impression que c’est un jeu d’enfants.  « Jérôme, ancien cadre au sein d’une startup en pleine explosion, a décidé de devenir éleveur de poules. » On voit le Jérôme en question posant sur une belle photo aux côtés de gallinacées… oui, mais, en creusant un peu, on se rend compte que Jérôme avait de belles économies et que sa femme a gardé son job d’avocate en attendant de voir comment ça se passe.

Tout cela pour rappeler qu’une reconversion ne se prépare pas avec un zeste d’utopie et quelques gouttes de fantasme ! et n’est que très rarement l’affaire d’un coup de tête ou d’un virage que l’on prend du jour au lendemain, sans aucune préparation ni questionnements en amont.

Dans cet article, nous allons donc mettre le nez dans les réflexions, rouages, options, problématiques, en somme dans tout ce qui gravite autour de cette fameuse reconversion professionnelle, afin d’en mieux déceler les tenants et les aboutissants… et de vous aider, peut-être, à sauter le pas !

 

Les différentes causes à l’origine d’une reconversion professionnelle

Les causes à l’origine d’une reconversion professionnelle ne sont généralement pas les mêmes, selon la catégorie socio-professionnelle à laquelle on appartient. En avant, donc, pour un petit inventaire synthétique !

 

Difficultés rencontrées sur le marché du travail

Pour les ouvriers et employés peu qualifiés, l’idée d’une reconversion émerge le plus souvent à l’occasion de difficultés rencontrées sur le marché du travail.

On a donc ici un désir de reconversion lié à une affaire de sécurité liée à l’emploi et au salaire.

Nous ne sommes donc pas dans une position défensive et préventive, mais bien dans une position contrainte.

 

Le poste ne correspond pas aux attentes

Pour les ouvriers et employés qualifiés, les choses sont plus nuancées, le désir de reconversion intervenant moins souvent de manière brutale.

Les deux causes les plus fréquentes : impression de ne pas être assez payé et sentiment que le poste ne correspond pas à ses qualifications.

Envie, donc, d’aller voir si l’herbe est plus verte ailleurs !

 

Changements au sein de l’entreprise

Pour les cadres et professions intermédiaires, le changement intervient dans un contexte souvent différent. Moins touchés par le chômage et des conditions d’emploi défavorables, ils gardent un œil acéré sur ce qu’il se passe au sein de leur entreprise.

Quand certains changements leur apparaissent comme des risques ou des menaces pour leur emploi, cela peut les conduire à préparer une reconversion professionnelle de manière préventive.

Quête de sens

Et voici la palme des temps qui courent : la quête de sens.

Dans cette époque charnière à bien des égards, le désir d’exercer un métier à impact et/ou qui répondent à des valeurs fortes que nous défendons devient de plus en plus fréquent.

Ce qu’on entend donc par « quête de sens », c’est avant tout une distorsion présente dans le quotidien professionnel d’une personne. Cette distorsion est souvent due à une incompréhension grandissante de ce que l’on fait et pourquoi on le fait.

Un jour, on se lève, et les missions qui nous incombent au travail ne signifient plus grand-chose pour nous. Le marasme s’installe.

C’est à ce moment-là que la quête de sens apparaît. Le besoin de renouveau, de renaissance, d’aller explorer d’autres contrées plus en accord avec notre vision du moment.

En somme, réaligner ses valeurs avec le travail qu’on exerce.

Retrouver l’équilibre, l’envie, la motivation, tout ce qui, en somme, fait que l’on a envie de se lever le matin pour aller bosser. Formule certes triviale, mais qui synthétise parfaitement la chose.

Si le manque de sens est à l’origine de votre désir de reconversion professionnelle, il s’agira, lors de l’étape d’identification des causes dont on parle plus bas, d’écrire noir sur blanc quelles sont vos valeurs totémiques, ce qui vous guide, vous anime, et quelles sont vos antivaleurs.

 

Besoin d’entreprendre

En tête de liste des causes à l’origine de la reconversion professionnelle arrive également le besoin d’entreprendre. Certaines personnes le ressentent depuis toujours, mais les éléments nécessaires ne sont pas forcément réunis.

D’autres en ont plus qu’assez du salariat, des relations hiérarchisées, des dissonances entre les valeurs qu’elles veulent incarner et celles qui sont défendues par la boîte au sein de laquelle elles travaillent.

Le besoin d’entreprendre peut aussi naître d’un constat au sein de l’entreprise dans laquelle on travaille. On a le sentiment que certaines problématiques ne sont pas bien traitées et que tout irait nettement mieux en instaurant certaines choses. Problème : la hiérarchie n’est pas du même avis ou la lenteur des processus nous fait lâcher l’affaire. Notre consultant Arnaud Raymond en parle dans son portrait juste ICI.

 

 

Étapes d’une reconversion professionnelle réussie  

 

Identifier les causes

Prendre un peu de hauteur pour comprendre ce qu’il se passe ne peut évidemment qu’être bénéfique pour la suite des opérations. En identifiant clairement les causes de ce désir de reconversion professionnelle, vous pourrez bâtir des perspectives plus robustes.

Pourquoi ressentez-vous le besoin de changer de cap ? Qu’est-ce qui ne vous convient plus ? Qu’est-ce qui vous manque ?

Questions absolument primordiales auxquelles on doit répondre avec franchise, même si cela vient remuer certaines zones sensibles. C’est même souvent à l’intérieur de ces zones sensibles que l’on rencontre les causes les plus profondes.

Il est extrêmement important d’aller creuser au bon endroit, de s’emparer des rouages afin de pouvoir mettre en lumière les mécaniques de ce qui nous apparaît comme une impasse. Tout cela à dessein de ne pas reproduire à l’avenir les mêmes schémas.

Pour commencer, vous pouvez déjà vous appuyer sur le petit débroussaillage de la première partie de cet article. Vous irez ensuite plus en profondeur.

 

Faire un point sur votre vie professionnelle

Durant cette étape, il est important de tout mettre à plat. Et de disposer en face des causes déterminées à l’étape précédente des alternatives, des solutions, etc.

Qu’attendez-vous concrètement de votre nouveau projet professionnel ?   

En termes de missions, environnement, relations, quotidien, valeurs, plaisir, apprentissage, lien…

Vous devez être en mesure de mettre des mots précis sur ce qui pourrait représenter votre future vie professionnelle idéale.

Mieux vous connaître

Avant d’aller plus loin, il ne peut qu’être salutaire de vous poser un peu pour faire le point sur vos réelles aspirations.

On ne s’en rend souvent pas compte tout de suite, mais notre vie professionnelle est souvent conditionnée par tout un tas de choses. Attentes parentales, obligations alimentaires, devoirs familiaux, orientations des amis, idées reçues sur le travail, croyances, préjugés, injonctions de toutes sortes ingurgitées depuis l’enfance, bref, tout un cortège d’éléments qui ont pu vous détourner de ce qui vous anime réellement.

Un travail d’introspection vous attend !

Tout simplement pour faire le ménage et vous reconnecter à ce qui importe réellement à vos yeux.

Certaines personnes ne parviennent pas à enlever leurs œillères, un accompagnement peut alors se révéler nécessaire. Avec un travail maïeutique de premier ordre, vous pourrez vous défaire du superflu, de toute cette graisse qui ne vous appartient pas et encombre votre vue, afin de vous recentrer. Nous en parlons plus bas.

 

 Indépendance VS Salariat

 Avant d’aller plus loin et en fonction des causes identifiées plus haut (manque de liberté, problèmes récurrents avec la hiérarchie, manque d’autonomie, etc.), certaines personnes auront envie de se lancer dans l’aventure entrepreneuriale.

Première chose à noter : l’entrepreneuriat n’est pas fait pour tout le monde.

On ne compte plus les personnes qui décident de revenir au salariat, qui représente pour elles plus de sécurité, moins de stress, etc.

On ne compte plus non plus les personnes ayant décidé de se lancer à leur propre compte en oubliant que, pour trouver des clients, il faut aller les chercher (logique) ! Ils peuvent se présenter d’eux-mêmes, oui, par le biais de la création de contenu sur les réseaux sociaux, du bouche à oreille, etc., mais la prospection, le réseautage, pour bien des secteurs d’activité, demeurent un passage obligatoire. Et soulignons en passant : bien des d’entrepreneurs se cassent les dents sur cette partie !

Pour d’autres, le chemin de l’indépendance se trouve être le bon. Ce n’est certes pas un long fleuve tranquille, mais on a les épaules pour s’en accommoder et pour avancer coûte que coûte. Un besoin d’autonomie satisfait, le gouvernail en mains, on se sent réellement à la bonne place !

 

Définir son projet professionnel, établir un plan d’action.

Première chose à établir : vos ressources. Compétences, qualités, talents, aptitudes, savoir-faire, savoir-être… tout ce qui façonne votre singularité.

Et vient la grande question : vers quel métier se tourner ? La réponse découle en grande partie du travail que vous aurez déjà effectué avant d’arriver à cette étape. Une bonne connaissance des causes, une bonne connaissance de soi, etc.

Ensuite, il va falloir opérer un tri, dans le cas de figure où vos idées seraient trop nombreuses. Vous pourrez à ce moment-là réaliser des enquêtes-métiers, à l’instar de notre consultant Arnaud Raymond, pour vous immerger un peu plus dans le quotidien de votre futur potentiel métier.

En somme, il vous faudra étudier la faisabilité de chaque projet, en fonction des débouchés, du marché, de la concurrence, des compétences actuelles dont vous disposez, des formations nécessaires, de l’implication financière, de dispositifs, d’aides…

Pour chaque projet, vous pourrez écrire noir sur blanc les étapes nécessaires à son accomplissement.

Et si vous n’arrivez pas à débroussailler suffisamment le chemin, un bilan de compétences peut alors se révéler grandement utile ! Nous en parlons plus bas.

Et pour terminer cette partie… faut-il en rester au papier et au crayon ? À notre humble avis, non ! Mentaliser votre projet ne fera pas tout. Les rencontres, opportunités, expériences, tout ce qui gravite autour de l’action, pourra également vous être d’une aide cruciale !

 Vous former ou faire valoir votre bagage professionnel.

En fonction des ressources établies et de votre projet professionnel, il est possible que vous ayez besoin de vous former. Aujourd’hui, les formations en ligne, éligibles au CPF, prises en charge par votre OPCO, etc., ce n’est pas ce qui manque ! Le plus difficile sera peut-être de faire le tri dans tout ce qui s’offrira à vous.

Si vous avez acquis un savoir-faire sur le tas et que vous souhaitez le transformer en diplôme, pensez à la VAE. On en parle en détail plus bas.

 

Se lancer

Enfin… reste l’ultime étape de la prise décision. Mais après tout le travail que vous aurez mené avant d’en arriver là, l’image d’Épinal d’un type au bord du ravin sera déjà bien moins présente en votre esprit. Notre consultante Hajar Bouyer-Essaïdi explique dans son témoignage reconversion juste ICI – comme la plupart des personnes ayant décidé de changer de voie et d’opter pour celle de l’entrepreneuriat – qu’il n’y a pas de moment idéal, qu’il y a juste un moment où l’on se dit : c’est maintenant.

On a conscience du risque que l’on prend, mais, encore une fois, plus le projet aura été mûrement réfléchi en amont, plus la prise de décision sera aisée.

En parler à votre famille et à vos amis ? Pourquoi pas. Mais attention de ne pas retomber dans les travers que vous aurez écartés lors de la « phase ménage et connaissance de soi ». Autant les réponses pourront aller dans votre sens, autant… non !

Votre reconversion aboutissant grâce à l’accompagnement

 Le bilan de compétences pour vous servir

Bien qu’il soit connu, le bilan de compétences est parfois affublé de certaines croyances ayant la peau dure, à commencer par le fait de l’associer automatiquement à une reconversion ou à un départ de l’entreprise. Ce n’est clairement pas une obligation !

Pour nous, le bilan de compétences est avant tout une pause. On prend son sac à dos, on le retourne sur la table et on le vide. On prend ensuite le temps d’identifier tout ce qu’il y a dedans.

Une fois cela fait, vous devez réfléchir à vos envies et apprendre à mieux vous connaître.

Vous devrez enfin construire la suite de votre parcours en prenant dans votre sac à dos ce dont vous avez besoin et ce dont vous disposez déjà. Il vous restera in fine à compléter et reprendre votre route !

Cette route peut rester au sein de votre entreprise comme elle peut s’en détacher pour déboucher sur une reconversion.

La force du bilan de compétences est de pouvoir identifier toutes les compétences, savoir-faire, qualités, atouts, etc., dont vous disposez, d’en être conscient pour échanger sur l’avenir de votre parcours avec votre responsable.

Pour en savoir plus, Magalie vous dit tout sur le bilan de compétences.   

 

La VAE, votre plus fidèle alliée

La VAE vous permet d’aller chercher un niveau d’études ou diplôme spécifique référentiel de compétences bien identifiées… c’est parfois une étape imposée sur la feuille de route sans laquelle le projet ne peut aboutir.

Ici, Magalie vous dit tout sur la VAE.

 

Le métier de consultant RH et recrutement

Au sein du réseau Umaneo, les reconversions ne sont pas ce qui manque !

Sylvie Gentile vient de la fonction publique, lire son portrait juste ICI.

Pierre-Alexis vient des assurances et du monde mutualiste, lire son portrait juste ICI .

Hajar vient du monde du marketing, lire son portrait juste ICI.

Arnaud vient du monde du social et de la maintenance éolienne, lire son portrait juste ICI.

(Et notre responsable développement Florian vient du monde du TP/BTP !)

Ils ont toutes et tous choisi de devenir consultant RH et recrutement indépendant, un métier qui leur est apparu comme une continuité logique à même de satisfaire leur quête de sens et les valeurs qu’ils défendent au quotidien.

  

Le métier de coach

Lorsque l’on ressent que nos qualités humaines ne sont pas exploitées (dans le bon sens du terme !) à leur juste valeur et que vous avez une envie féroce de participer auprès des personnes à leur transformation, leur changement de parcours… et que vous vous sentiriez donc utile, alors c’est peut-être le métier de Coach qui est en train de vous faire de l’œil !

 

L’indépendance sans partir de zéro

En préparant votre reconversion professionnelle, vous avez opté pour l’indépendance, mais vous ne souhaitez pas partir de zéro. Vous avez besoin d’un soutien pour vous lancer, pour prendre les bons réflexes, fixer correctement vos tarifs, trouver vos premières missions, participer à des projets communs et répondre à des appels d’offre ?

Le réseau Umaneo est peut-être ce qu’il vous faut !

Pour le savoir, réservez votre appel avec notre formidable responsable développement réseau Florian ! Cela ne coûte rien, au sens propre comme au sens figuré, alors pourquoi vous en priver ? Par ici pour réserver votre créneau : lien calendly.

Nous espérons que cet article vous a plu et vous aidera à préparer votre reconversion professionnelle avec plus de recul et de sérénité !

À très bientôt !

L’équipe Umaneo.

 

 

Sur le même thème

Le mois dernier, on s’est réveillé avec l’idée d’écrire un article le plus complet possible sur le CV et la manière dont on s’en est servi, dont on s’en sert ou dont on s’en servira, notamment dans le cadre d’un recrutement. D’où vient-il ? À quoi......

Lorsqu’on se lance à son propre compte, il faut composer avec la réalité suivante : vie entrepreneuriale et nerf de la guerre ne peuvent pas se quitter d’une semelle ! Et ce dernier prend d’ailleurs parfois tellement de place qu’on n’arrive plus à voir ce qu’il y......

Qu’est-ce qu’un « référent handicap » ? Quelle est sa fonction ? Le référent handicap est l’interlocuteur privilégié des personnes en situation de handicap dans le milieu de travail, formation comprise. Au sein des entreprises, il va avant tout informer, sensibiliser, afin que la personne en situation de handicap......

« Profil atypique » : voilà une expression clef qui sévit sur la toile depuis quelque temps. Et pour cause, de plus en plus d’employeurs témoignent du fait qu’ils ont recruté, bien souvent grâce à un cabinet de recrutement ou un consultant RH et recrutement, un profil atypique......