Faut-il s’inquiéter d’une pile de candidatures de la largeur du petit doigt ?

Tout le monde sera d’accord pour dire que nous vivons une drôle de période. Peu d’emplois, oui, mais aussi peu de candidats, et donc peu de candidatures. Dur dur. Mais que se passe-t-il ? Eh bien… Le contexte à l’heure où l’on vous parle. Le monde du travail, quoi, qui va de séisme en séisme !

Et qui semble de ce fait imposer de nouvelles règles, peut-être éphémères (en tout cas on l’espère), mais qui ne manquent pas de faire émerger notamment la peur de changer d’employeur en temps de crise, la crainte d’un nouveau confinement. On le constate au quotidien, nous, recruteurs : il y a moins de candidats.

Mais ce n’est pas un drame, attention. Et nous ne sommes pas du genre, (vous commencez à nous connaître un peu, non ?) à regarder les mutations sans remuer le petit doigt. Nous sommes plutôt du genre à toujours chercher les meilleures solutions pour composer, le plus intelligemment possible, avec ces mutations.

 

Faut-il s’inquiéter d’une pénurie de candidatures ?

Il y a deux réponses possibles. Vraiment désolés, comme dirait l’autre : « Les contraires se répondent et s’associent dans un même mouvement inextricable. » (Ne cherchez pas sur la toile l’auteur de cette magnifique maxime : vous ne trouveriez pas.)

La première réponse : oui.

Évidemment que l’on doit s’en inquiéter, car cela rend plus difficile et plus risqué de recruter si on a moins de choix. Il faut être prêt à revoir les conditions du poste, les missions, le niveau d’expérience requis, enfin, vous voyez le tableau !

Conséquence directe : il faut être agile ! Il faut rebondir, mettre en branle son cortex et surtout analyser, peser, sous-peser, afin de pouvoir trouver des solutions avec une célérité digne de celle de Lucky Luke lorsqu’il dégaine son pétard.

Concrètement cela donne les astuces qui suivent :

– Diversifier vos sources de diffusion d’offres, partager dans votre réseau ;

– Être prêt à revoir les conditions, à ne pas faire comme prévu (si on se prépare en amont à cette éventualité, cela se passera mieux) ;
– Savoir prendre des risques en comparant moins et en testant plus (la période d’essai sert à cela).

 

La deuxième réponse : non.

Évidemment que non puisqu’en réalité : il ne suffit que d’une seule personne ! Avoir beaucoup de candidatures ne signifie pas avoir beaucoup de bonnes candidatures. Roulement de tambour et place au combat des titans : qualité vs quantité. Ah… On n’en aura jamais fini avec ça !

Comme dirait encore une fois l’autre : « La réalité la plus pertinente se trouve bien souvent dans l’articulation des nuances. L’analyse binaire (et primaire) ne peut véritablement faire émerger les spécificités les plus subtiles d’une problématique. » (Ne cherchez pas non plus sur la toile l’auteur de cette deuxième fabuleuse maxime : vous ne trouveriez pas non plus.)

Alors, oui, bien sûr, si votre pile de candidatures fait la largeur, heu… d’une simple feuille, alors là, on vous le dit, on vous le serine : c’est peut-être qu’il y a une corneille dans le potage.

Si personne ne répond à votre offre : c’est probablement que vous vous êtes trompé de profil. Ou que votre offre fait pâle figure, disons pour bien visualiser la chose qu’elle ressemble à un morceau de guimauve écrasé sur le trottoir. Soigner la rédaction de votre offre est absolument primordial. On vous en parle d’ailleurs juste ici :

https://www.umaneo.fr/2019/07/23/pourquoi-se-demener-pour-la-redaction-de-votre-offre-demploi/

Ensuite, si ça ne se bouscule pas au portillon, ou disons même si vous avez l’impression d’avoir publié votre offre dans un monde post-apocalyptique où les survivants se cachent dans des grottes, c’est peut-être que vous n’avez pas fait assez d’efforts pour rendre votre offre visible. Il existe de nombreuses plateformes et jobboards pour remédier à cela. On vous en parle d’ailleurs juste ici :

https://www.umaneo.fr/2019/05/15/employeurs-echappez-au-parcours-du-combattant-pour-diffuser-votre-offre-demploi/

Et aussi là : https://www.umaneo.fr/2018/10/29/tpe-startup-diffuser-offres-demploi/

Ça en fait, de la lecture… Mais oui mais que voulez-vous : nous avons à cœur de vous aider ! Nous sommes tombés dans la marmite de la bonté il y a de cela une vingtaine d’années (donc à peu près aux alentours de notre naissance – comment, nous traitez-vous donc d’affabulateurs ?).

Enfin, pour terminer en beauté, il est vrai que, si jamais, mais vraiment si jamais vous êtes encore perdu après avoir lu tout cela, il reste toujours une solution que l’on préconise généralement (allez savoir pourquoi…) : vous rapprocher d’un consultant RH et recrutement, qui vous donnera les outils et les clés adaptés à votre besoin pour faire face à ces bouleversements et en tirer le meilleur !

 

 

Sur le même thème

Qu’est-ce qu’un « référent handicap » ? Quelle est sa fonction ? Le référent handicap est l’interlocuteur privilégié des personnes en situation de handicap dans le milieu de travail, formation comprise. Au sein des entreprises, il va avant tout informer, sensibiliser, afin que la personne en situation de handicap......

« Profil atypique » : voilà une expression clef qui sévit sur la toile depuis quelque temps. Et pour cause, de plus en plus d’employeurs témoignent du fait qu’ils ont recruté, bien souvent grâce à un cabinet de recrutement ou un consultant RH et recrutement, un profil atypique......

Il est une réalité que l’on ne peut nier : lors d’un processus de recrutement, on accorde aujourd’hui autant d’importance à la personnalité d’un candidat qu’à ses compétences techniques et son expérience professionnelle. Fort bien ! Mais qu’est-ce que la « personnalité » d’un candidat ? Les diplômes reconnus en......

Plongés dans l’incertitude depuis plusieurs mois, nous, les David contre ce Goliath autrement dénommé Covid-19, nous nous interrogeons à juste titre. Est-ce une bonne idée de recruter en ce moment ? Quelles questions dois-je me poser avant de recruter dans le contexte actuel ? Ce bouleversement sanitaire......