L’entretien professionnel : une obligation légale parachutée dans les limbes

L’entretien professionnel ? Par pitié… Ne me parlez pas d’obligation légale sinon je sors l’artillerie lourde !

On le sait bien, pour les TPE et PME, être en règle avec ses obligations légales d’employeur, c’est la croix et la bannière ! Mais ce n’est pas pour cette raison que vous devez filer à l’anglaise… Restez donc avec nous pour faire un point constructif sur la question !

C’est quoi déjà l’entretien professionnel ?

Parmi les obligations légales parachutées dans les limbes, j’ai nommé le splendide et unique entretien professionnel. Il est à noter que la loi du 5 septembre 2018 en maintient les fondamentaux comme lors de sa création en 2014. Elle introduit cependant des nouveautés applicables à compter du 1er janvier 2019.  « En vue de la consultation annuelle sur la politique sociale de l’entreprise, les conditions de travail et l’emploi, l’employeur devra désormais mettre à la disposition du Comité social et économique (CSE), via la BDES (base de données économiques et sociales), « les informations sur la mise en œuvre des entretiens professionnels et de l’état des lieux récapitulatifs » (art. L. 2312-36, 1° du code du Travail au 01/01/2019). »

Rendez-vous (normalement) obligatoire tous les deux ans entre l’employeur et le salarié (qu’il soit en CDI, CDD, à temps partiel etc), l’entretien professionnel permet de faire un point sur les perspectives d’évolution professionnelle du salarié (qualification, changement de poste, promotion) et d’identifier ses besoins de formation. Il a également pour but d’informer l’employé sur la validation des acquis de l’expérience professionnel (VAE).

Rappelons enfin que l’entretien professionnel ne vise pas à évaluer le travail du salarié. Il se distingue donc de l’entretien annuel d’évaluation.

Comment en préparer le contenu ?

Le contenu spécifique de l’entretien professionnel est défini par convention ou accord. À défaut de stipulations dans l’accord de branche ou d’entreprise, il revient à l’employeur de définir le contenu de l’entretien en fonction des orientations stratégiques de l’entreprise. Il pourrait pour exemple y avoir :

  • Un bilan du parcours professionnel du salarié avant et depuis son entrée dans l’entreprise ;
  • Une identification des besoins de l’entreprise et des aspirations et compétences du salarié ;
  • Les perspectives d’évolution professionnelle.

Cet entretien professionnel doit avoir lieu pendant le temps de travail et est assimilé à du temps de travail effectif. Il doit par ailleurs être systématiquement proposé à tout salarié qui reprend son travail après une période d’interruption (congé parental, congé maternité, congé d’adoption, congé de proche aidant, congé sabbatique, période de mobilité volontaire sécurisée, arrêt maladie de plus de 6 mois, mandat syndical).

Alors, on sort le drapeau blanc ?

Si vous souhaitez avoir plus d’informations à ce sujet ou que vous avez besoin d’aide pour préparer cet entretien professionnel en amont, vous rapprocher d’un cabinet spécialisé en conseil RH semble être la solution la plus appropriée.

Sur le même thème

« La formation continue ? Moi ? Nous ? Mon entreprise ? Absolument inutile ! Nous sommes déjà au top ! » Parce qu’il est évident que le marché du travail n’évolue pas, non plus que le monde de l’entreprise ! (Il fallait y voir une certaine ironie.)......

Nous vivons dans une société où la diversité est intégrée, pas communautarisée. Quels que soient les origines, le genre, la religion, les opinions… Tout le monde a la même possibilité (ou presque) d’avoir accès aux différents services et produits proposés par votre entreprise. C’est pourquoi......